BaruQ
Nourriture pour les Témoins de Jéhovah réfléchis
“‘Mais toi, tu ne cesses de chercher pour toi de grandes choses. Ne continue pas à chercher. Car voici que je fais venir un malheur sur toute chair’, c’est là ce que déclare Jéhovah, ‘et vraiment je te donnerai ton âme pour butin dans tous les lieux où tu iras.’”
Avertissement: ce site ne prétend pas détenir la vérité. Le lecteur devrait être capable de faire preuve de discernement, examinant soigneusement les Écritures pour voir si ces choses sont ainsi. (Actes 17:11)
Gérard Gertoux
Le Livre de Job: Pourquoi?
Seghersjob
Le livre de Job est un ouvrage passionnant. Premier livre biblique qui fut écrit, il donne pourtant les réponses aux principales interrogations de l’homme: pourquoi le mal, et quel en est le remède. Le livre de Job ne se contente pas de narrer les vicissitudes de son personnage principal, mais offre l’espoir que le genre humain connaîtra le soulagement de ses douleurs en révélant l’identité du rédempteur. Il ne faut pas croire que la question de la souveraineté universelle de Jéhovah ne regarde que notre petite planète, mais elle possède au contraire une dimension universelle: Satan a posé un défi à Jéhovah, pensant qu’il ne serait pas en mesure de le relever sans enfreindre ses propres lois. Il se déroule dans le ciel une partie d’échec qui nous dépasse.
Gérard Gertoux, dans sa publication The Book of Job - Chronological, Historical and Archaeological Evidence, cherche à combiner archéologie et texte biblique afin de démontrer l’utilité du livre de Job. La lecture peut sembler ardue, et nécessite une intense réflexion pour pouvoir accrocher aux idées de son auteur, et, même si la thèse est séduisante, quelques doutes demeurent sur certaines explications. Vous trouverez ci-dessous un extrait sous le titre: Le Livre de Job: Pourquoi? Comme toujours, vous êtes encouragés à donner votre point de vue dans l’espace des commentaires.
Baruq

Le livre de Job a été écrit pour répondre à deux questions cruciales: La première est posée par Satan au début du récit: Est-ce pour rien que Job a craint Dieu? N’as-tu pas toi-même élevé une haie autour de lui, autour de sa maison et autour de tout ce qui est à lui à la ronde? (Job 1:9,10), la deuxième par Job vers la fin de ses malheurs: Pourquoi les méchants restent-ils en vie? Pourquoi ont-ils vieilli et même l’ont-ils emporté en fortune? (...) et le bâton de Dieu n’est pas sur eux (Job 21:7,9). La première question n’implique pas seulement Job, mais aussi tous les hommes qui servent Dieu: Satan répondit à Jéhovah et dit: “Peau pour peau, et tout ce qu’un homme a, il le donnera pour son âme. Pour changer, avance ta main, s’il te plaît, et touche jusqu’à son os et à sa chair, et vois s’il ne te maudit pas à ta face.” (Job 2:4,5). Le comportement exemplaire de Job alors qu’il est confronté à des épreuves a clairement démontré que les hommes intègres font ce qui est juste par principe plutôt que par intérêt (comme les Épicuriens). La réponse à la question de Job est donnée en deux étapes: Alors Jéhovah répondit à Job et dit: “Est-ce à un homme qui critique de combattre le Tout-Puissant? Que celui qui reprend Dieu lui-même réponde à cela. (…) Ceins tes reins, s’il te plaît, comme un homme robuste; je te questionnerai, et tu me renseigneras. Vraiment, annuleras-tu ma justice? Me déclareras-tu coupable pour que tu aies raison? Ou as-tu un bras comme celui du vrai Dieu? Peux-tu faire qu’il tonne d’une voix comme la sienne? S’il te plaît, pare-toi de supériorité et d’élévation; revêts-toi de dignité et de splendeur. Que se répandent les éclats de fureur de ta colère; vois tout orgueilleux et abaisse-le. Vois tout orgueilleux, va l’humilier, et foule aux pieds les méchants à l’endroit même où ils sont. Cache-les ensemble dans la poussière, lie leurs faces dans le lieu caché, et moi aussi je te louerai, parce que ta droite peut te sauver” (Job 40:1-14). Ce préliminaire, fondamentalement, souligne que pour que la justice l’emporte, il faut avoir les moyens de l’appliquer, c’est-à-dire d’être plus puissant que l’agresseur. Après tout, Job, qui se plaignait, n’avait qu’à agir lui-même. C’est ainsi que Job a réalisé combien il était incapable d’éradiquer le mal, à la différence de Dieu. Le principal Adversaire de Dieu est clairement identifié: c’est Satan (Job 1:6-2:7), l’Opposant. La puissance de Satan dépasse la puissance humaine, il est en mesure d’encourager les pilleurs à voler (Job 1:15,17), il est capable de produire des tempêtes (Job 1:16,19), les maladies (Job 2:7) et de générer une mauvaise influence sur les amis intimes de Job par le biais du spiritisme (Job 4:15). La réponse à la première question est simple: le juste sert Dieu par principe, pas par intérêt. La première partie de la réponse à la deuxième question est simple elle aussi: Satan est responsable du mal et est plus puissant que les hommes (1Chroniques 21:1; Zacharie 3:1,2), cependant que la deuxième partie est assez déroutante en effet: considère Béhémoth et Léviathan (Job 40:15; 41:1). Qu’est-ce charabia veut dire? Les deux mots Béhémoth, “la Bête”, et leviathan, “encerclé”, à proximité du nom de Lotan (Genèse 36:29), sont énigmatiques. Le plus surprenant concernant la réponse au sujet de Béhémoth et Léviathan, c'est qu’elle a été comprise par Job (Job 42:1-6), mais pas par la plupart de ses successeurs, puisque Dieu serait régulièrement accusé par les stupides, soit de lenteur (2Pierre 3:9), ou d'impuissance (Ézéchiel 8:12), ou de ne même pas exister (Psaume 14:1). Toutefois, on peut lire: les méchants agiront méchamment, et aucun méchant ne comprendra; mais les perspicaces comprendront (Daniel 12:9-10). Le Livre de Job a donné un avertissement (Job 5:13) cité par Paul aux Corinthiens influencés par les philosophes: Car la sagesse de ce monde est sottise auprès de Dieu; en effet, il est écrit: “Il attrape les sages dans leur propre ruse.” Et encore: “Jéhovah sait que les raisonnements des sages sont futiles.” (1Corinthiens 3:19-20), par conséquent le vrai éclairage sur l'origine et la fin du mal vient de la Bible elle-même, et non des sages de ce monde. Quand la Bible dit que la sagesse de ce monde est sottise, est-ce un avertissement sans fondement ou pas? Actuellement, la plupart des traductions de la Bible indiquent dans leurs notes que Béhémoth et Léviathan sont deux noms cryptés en hébreu pour l'hippopotame (sûs - ye or) et le crocodile (tannin), “monstre marin” dans Job 7:12. Certaines traductions remplacent ces deux noms de mammifères à l'intérieur même du texte (certaines suggèrent même de traduire par “dinosaures”). Cette incroyable explication est carrément absurde pour les raisons suivantes:
Alligator_mississippiensis_yawn_2 1-IMG_8302
  • Les traducteurs de la Septante qui connaissaient l'hébreu et vivaient à Alexandrie, et donc connaissaient bien les hippopotames et les crocodiles, n’ont pas traduit Béhémoth et Léviathan par "hippopotame (ỉnno-πόταμος)" et "crocodile (κροκοδείλια)", mais par "bêtes sauvages (θηρία)" et "dragon (δράκος)".
  • Le crocodile a une langue immobile comme le mentionnait déjà Hérodote (Histoires, II:68), ce qui n'est pas le cas de Léviathan (Job 41:1), qui a aussi plusieurs têtes (Psaume 74:14), ce qui n'est évidemment pas le cas d'un animal réel.
  • De même, l'hippopotame plie sa queue comme un cèdre (Job 40:17), ce qui n'est évidemment pas possible pour un animal réel parce que la queue est petite. En fait, la queue de Béhémoth est droite, contrairement à celle du tortueux dragon (Révélation 12, 4).
Le texte de Job 40:19 au sujet de Béhémoth – Il est le commencement des voies de Dieu – a surpris de nombreux commentateurs Juifs à partir du 2ème siècle avant J.C. jusqu’au 2ème siècle de notre ère. Si Béhémoth est un animal domestique littéral (l’hippopotame, l'éléphant, le buffle d'eau, etc.), il devrait être classé parmi les mammifères; cependant, selon la Genèse, ils sont apparus le 5ème jour de la création, c'est-à-dire un jour après et non avant les grands monstres marins (Genèse 1:20-25). Les commentateurs juifs ont logiquement conclu que Béhémoth et Léviathan devaient être des animaux incroyablement puissants qui doivent apparaître dans les temps messianiques, pour se tuer l’un l’autre. On peut lire dans un livre écrit aux environs de 150 avant J.C.: Alors saint Michel me dit (...) quand viendront le jour et les puissances, le châtiment et le jugement que le Seigneur des esprits a préparé pour ceux qui s'inclinent devant le jugement de la justice et pour ceux qui nient le jugement de la justice pour ceux qui prononcent ce nom en vain: Ce jour sera pour les élus un jour d'alliance, pour les pécheurs un jour de châtiment. Dans ce jour un fera sortir pour se repaître des méchants deux monstres, l'un mâle, l'autre femelle; la femelle s'appelle Léviathan; il habite dans les entrailles de la mer, sur les sources des eaux. Le monstre mâle se nomme Béhémoth; il roule dans un désert invisible ses replis tortueux (…) Alors je demandai à l'autre ange qu'il me montre la puissance des ces monstres, et comment ils avaient été séparés dans le même jour pour être précipités, l'un dans le fond de la mer, l'autre dans le fond d'un désert (…) ces deux monstres sont des créatures de la puissance divine, ils doivent dévorer ceux qu'aura puni la vengeance de Dieu. Alors les enfants tomberont avec leurs mères, les fils avec leurs pères. Et ils recevront le châtiment qu'ils auront mérité, et la justice de Dieu sera satisfaite, mais après ce jugement viendra l'heure de la miséricorde de la longanimité (Le Livre d'Enoch LIIX:4-9,12-14). Le Talmud de Babylone offre cette explication fantasque (c. 190 - 220 de notre ère): Tout ce que le Saint, béni soit-Il, a créé dans son monde, il l’a créé mâle et femelle. De même, Léviathan le serpent glissant et le Léviathan, le serpent tortueux, il a créé le mâle et la femelle; et s'ils s’étaient accouplés l'un à l'autre, ils auraient détruit le monde entier. [Alors] qu’a fait le Saint, béni soit-Il? Il castra le mâle et tua la femelle et la conserva dans le sel pour les justes dans le monde à venir; car il est écrit: Et il tuera le dragon qui est dans la mer. Et aussi Béhémoth sur mille collines ont été créés mâle et femelle, et s'ils s’étaient accouplés l'un à l'autre, ils auraient détruit le monde entier. Qu'a fait le Saint, béni soit-Il? Il castra le mâle et congela la femelle et la préserva pour les justes, pour le monde à venir (Baba Batra (74b). Il est par conséquent évident que Béhémoth et Léviathan sont deux animaux symboliques et non des mammifères (y compris les dinosaures). Comment des spécialistes qualifiés ont réussi à tordre et à transformer une telle explication, si élémentaire? En fait, les changements sont survenus progressivement. Jérôme (347-420), qui traduit la Bible de l'hébreu en Latin, est venu à la conclusion que Béhémoth était une force du mal parce que la description de sa force fantastique ressemblait à celle de Léviathan, tout en notant que le texte de Job 40:19 généralement appliqué à Jésus à cause de Colossiens 1:15 était étrange. Il en déduit, pour rester cohérent avec son interprétation, que le Bien et le Mal avaient été créés ensembles au début. Les quelques commentateurs qui allait suivre développeront notamment l'interprétation d’un Béhémoth diabolique et chercheront à l’identifier soit à l'Antéchrist décrit comme un ange de lumière (2Corinthiens 11:14) dans les écrits de Olympiodore (500-565) ou soit à une représentation allégorique des passions de l'être humain considéré comme un mal. Puis, de façon inattendue à la fin du XIIe siècle, deux commentateurs, un Juif et un Chrétien, se démarqueront des précédentes interprétations. Maïmonide, expert du Talmud, déclara que le livre de Job était relié à des pensées profondes et, que d’après le contexte, le mauvais et le bon penchant, contrairement à ce que la tradition Juive dit habituellement, ne pouvaient pas être les tendances inhérentes à l'homme, mais plutôt deux anges (Talmud Shabbat 119b). Satan était le mauvais penchant et un autre ange (non élucidé par Maïmonide), le bon penchant. À la même époque (c. 1190) Martin de Leon, un Catholique Romain, est arrivé à une conclusion plus surprenante: il estima que si Léviathan était le Dragon, Béhémoth, qui a été dépeint en parallèle, doit représenter un Jésus ressuscité. Bien que très révolutionnaire, les contributions de ces deux chercheurs n'ont pas changé les œuvres qui ont suivi, elles ont marqué plutôt la fin des recherches allégorique sur ces deux puissantes créatures. Les remarques de deux théologiens, Albert le Grand (1206-1280), et de Thomas d'Aquin (1227-1274), ont été décisives. Leur interprétation, largement acceptée aujourd'hui, dirigèrent les travaux de recherches ultérieurs vers le sens littéral. Alors que les interprétations allégoriques étaient des "élucubrations" et trop compliquées, ils ont finalement opté pour une interprétation littérale des deux animaux. Béhémoth a été identifié comme un éléphant (malgré Job 40:19!) et Léviathan comme une baleine (Job 41:18-19!). Après le 13ème siècle, certains chercheurs se sont redirigé vers une identification symbolique, mais leurs œuvres sont restés anecdotiques. Des découvertes archéologiques au 19ème siècle ont révélé que les mythes Mésopotamiens et Égyptiens décrivaient déjà depuis longtemps les forces du mal sous la forme d'animaux monstrueux. Ces découvertes ont convaincu les théologiens et les biblistes que Léviathan et Béhémoth étaient en fait des animaux mythologiques et que les anciens mythes doivent avoir inspiré les récits bibliques. Bien qu'il y ait eu un débat pour choisir entre le mythe mésopotamien représentant les forces du mal sous la forme d'un taureau et d'un serpent, et le mythe égyptien représentant ces formes comme un hippopotame et un crocodile, un consensus s'est dégagé en faveur du mythe égyptien pour les raisons suivantes:
    Seti I tomb
  • Le mythe Égyptien, qui décrit certaines forces ambivalentes du mal sous la forme d'un hippopotame associé à un crocodile, est très ancien. La figure du mal est représentée par Seth (mâle)/ Sobek contre Horus, la bénéfique par Taouret (femelle)/ Sobek.
  • Le mythe Égyptien de l'hippopotame associé au crocodile (Dragon) est représenté sur plusieurs anciens plafonds astronomiques zodiacaux comme celui de la tombe de Sénènmout, datée de l'an 9 de Thoutmôsis III (1463 BCE) ou de la tombe de séthi 1er , les deux monstres mythologiques étant au milieu de constellations d’étoiles représentées par des déesses et des dieux cosmologique. Cette coïncidence a été considéré comme crucial parce que le texte de Job dans la Septante décrit plusieurs constellations d'étoiles, y compris les étoiles des Pléiades et Orion, juste avant la description de Béhémoth et de Léviathan: Peux-tu nouer les liens des Pléiades ou desserrer les cordes d'Orion? (Job 38:31-32 Traduction Œcuménique de la Bible).
  • Une coïncidence de sonorité entre le mot Égyptien pa-ìḥ-mu “le bœuf d’eau" et le mot hébreu behema (singulier de Béhémoth) a été considéré comme l’argument ultime.
Les arguments ci-dessus sont vraiment très instructifs, mais ce qui est le plus impressionnant, c'est qu'ils sont tous faux. Le mot pa-ih-mu est une invention moderne qui n'a jamais existé. L'hippopotame était bien connue dans l’Égypte, et il y a en effet plusieurs mots égyptiens pour le décrire (db, ḫ3b), y compris le très coloré terme "taureau de marais" (k3 mhy), mais le mot de fantaisie ìḥ-mu, "bœuf d’eau”, n'a jamais été utilisé pour se référer à l'hippopotame. Concernant la traduction de la Septante, les constellations des Pléiades et Orion sont aussi des inventions, car le mot "constellation" n'apparaît pas dans le texte hébreu et la traduction des mots hébreu, kimah "troupeau" et kesil "fou" par les Pléiades et Orion est de la pure spéculation. Enfin, le fait de supposer que le symbolisme biblique animaux a été inspiré par la cosmogonie Égyptienne montre une profonde méconnaissance de la Bible, car il y a toujours eu un conflit entre les concepts égyptiens et ceux israélites à propos des interprétations divine (Genèse 40:8; 41:8). En outre, il y a une puissante mise en garde biblique contre les mythes: Car il y aura une période où ils ne supporteront pas l’enseignement salutaire, mais, selon leurs propres désirs, ils accumuleront des enseignants pour eux-mêmes, afin de se faire agréablement caresser les oreilles; et ils détourneront leurs oreilles de la vérité, tandis qu’ils se tourneront vers des fables. (2Timothée 4:3-4). Des spéculations théologiques ont favorisé des interprétations cataclysmiques ou fantasmagoriques: Béhémoth et Léviathan pourraient être les symboles de terribles dictatures comme celle des Nazis, pour d'autres, ce sont des allégories de l'absurdité du monde de Kafka ou de folies oniriques comme "Le Merveilleux Magicien (Satan) d'Oz (Uz)".
BÉHÉMOTH ET LÉVIATHAN: QUE VEUT DIRE CE CHARABIA?
Il convient de rappeler que Béhémoth et Léviathan sont la réponse définitive à la lancinante question Job: Pourquoi les méchants restent-ils en vie, vieillissent, et deviennent riches? (...) et pourquoi le bâton de Dieu n’est-il pas sur eux? (Job 21:7,9) et il a été en mesure de le comprendre (Job 42:1-6). Tout d'abord Job savait qui était le Léviathan et comprenait ce que Béhémoth signifiait. Nous lisons: Job répondit alors et dit: “Périsse le jour où je suis né, également la nuit où l’on a dit: ‘Un homme robuste a été conçu!’ (...) Que les maudisseurs du jour la maudissent, ceux qui sont prêts à réveiller Léviathan. Que les étoiles de son crépuscule s’obscurcissent” (Job 3:2,8-9); Et ceux qui rendent Dieu furieux ont la sécurité, celle de qui a apporté un dieu dans sa main. Mais interroge, s’il te plaît, les animaux domestiques (hébreux בְהֵמ֣וֹת, Béhémoth), et ils t’instruiront, ainsi que les créatures ailées des cieux, et elles te renseigneront. Ou bien intéresse-toi à la terre, et elle t’instruira, et les poissons de la mer te le feront savoir. Qui ne sait bien, parmi tous ceux-là, que la main de Jéhovah a fait cela? (Job 12:6-9). Job considérait très différemment ces deux créatures symboliques; en effet, le comportement de Léviathan est dépeint comme maléfique, tandis que celui de Béhémoth est bénéfique. De même, la présentation de Béhémoth est positive: Voici donc Behémoth que j’ai fait tout aussi bien que toi (Job 40:15); à la différence du Léviathan, qui est ironique: Peux-tu tirer Léviathan avec un hameçon, ou avec une corde peux-tu tenir sa langue baissée? Peux-tu lui mettre un jonc dans les narines, ou avec une épine peux-tu lui percer les mâchoires? (...) Joueras-tu avec lui comme avec un oiseau, ou l’attacheras-tu pour tes fillettes? (Job 41:1-2,5). Il convient de rappeler que Job parlait le Cananéen ancien et était donc en mesure de le comprendre, donc les mots Béhémoth et Léviathan avait un sens pour lui. Béhémoth est le pluriel de behemah qui signifie "animal domestique" (Genèse 1:24) par conséquent, il signifie "animaux domestiques" ou "bêtes" (Deutéronome 32:24). Toutefois, lorsqu'un pluriel est utilisé avec un verbe singulier, il devient un pluriel d'abstraction ou de majesté, par exemple hokhmoth signifie "sagesse" ou "sages", selon que le verbe est au singulier ou au pluriel. Comme la traduction de Béhémoth par "bêtes" en Job 12:7 et 40:15 ne rend pas le sens clair: interroge, s’il te plaît, les animaux domestiques, et il t’instruira, le mot doit être considérée plutôt comme un nom prestigieux qui a été compris comme "la Créature". Le sens de Léviathan ("dragon" LXX) n'est pas aussi clair, certains spécialistes relient ce nom à Lévi, “attachement” (Genèse 29:34) ou au premier cheikh appelé Lotan “enveloppé” (Genèse 36:29). De toute façon, Job avait entendu parler de Léviathan bien avant ses malheurs et savait que c'était une créature maléfique, un serpent glissant (Job 3:8-9; 26:13), un opposant ("Satan"). Qu’est-ce que Job savait exactement sur le dragon Léviathan? On peut lire dans un texte daté d’environ 2000 avant notre ère: Il a apporté le dragon guerrier de la grande forteresse de la montagne (...) Il a apporté le Serpent à sept têtes ... de la montagne (...) Il a accroché le serpent à Sept têtes sur le brillant (Le retour de Ninurta à Nippur §§ 33,39,62).
7-headed dragon
Sur un sceau Sumérien daté sous Sargon d'Akkad (2243-2187) il y a un dragon à sept tête qui est attaqué de front par un dieu (Ninurta?) avec un accompagnateur, et par derrière par un autre dieu avec un petit disciple. Trois têtes du dragon sont en vie et se battent, tandis que les quatre têtes pendent mollement et sont défaites. On voit les flammes qui s’élèvent du dos du dragon. Sur une petite plaque en coquillage datée d’environ 2500-2400 avant notre ère, six des têtes du dragon sont en vie et se battent, tandis qu’une tête pend mollement et est vaincue. Le nom du dragon à sept tête était Lotan ,“enveloppement” (Genèse 36:29) ou Léviathan “enroulement”, selon ce que certaines épopées trouvées à Ugarit révèlent (1350-1200). Par exemple, on lit: Au service du puiss[ant] Baal, veille sur le prince, Seigneur de la Terre (...) quel ennemi se lève contre Baal, quel adversaire contre le Cavalier des Nuages? (...) N’ai-je pas muselé le Dragon? J'ai fait écraser le serpent tortueux, le tyran à sept têtes (...) Si tu frappe Lotan, le serpent glissant, détruis le serpent tortueux, tyran des sept têtes. L'identification de Satan, le dieu maléfique (Job 5:19) et le serpent glissant (Job 26:12-13), avec le monstrueux animal appelé Léviathan, le dragon à sept têtes, est confirmé par d'autres textes bibliques: En ce jour-là, Jéhovah — avec sa dure, grande et forte épée — s’occupera de Léviathan, le serpent glissant, oui de Léviathan, le serpent tortueux, et, à coup sûr, il tuera le monstre marin qui est dans la mer (Ésaïe 27:1); C’est toi qui as soulevé la mer par ta force; tu as brisé les têtes des monstres marins dans les eaux. C’est toi qui as écrasé les têtes de Léviathan (Psaume 74:13-14); Et on a vu un autre signe dans le ciel, et regardez! un grand dragon couleur de feu, avec sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes; et sa queue traîne le tiers des étoiles du ciel, et il les a jetées sur la terre. Et le dragon se tenait devant la femme qui était sur le point d’accoucher, pour que, lorsqu’elle accoucherait, il puisse dévorer son enfant (...) Et une guerre a éclaté dans le ciel: Mikaël et ses anges ont lutté contre le dragon, et le dragon et ses anges ont lutté, mais il n’a pas été le plus fort, et il ne s’est plus trouvé de place pour eux dans le ciel. Et il a été jeté, le grand dragon, le serpent originel, celui qu’on appelle Diable et Satan, qui égare la terre habitée tout entière; il a été jeté sur la terre, et ses anges ont été jetés avec lui (Révélation 12:3-9). La réponse finale de Dieu permis à Job de comprendre que ses malheurs ne venaient pas de Dieu, comme il le croyait (Job 1:21), mais de Satan, connu à l'époque sous le nom de Léviathan (Job 3:8). En dépit de la formidable puissance de Satan (Job 41:29-34), Job appris qu'il y avait une créature plus puissante, Béhémoth: Ses os sont des tubes de cuivre, ses os solides sont comme des barres en fer forgé. Il est le commencement des voies de Dieu; son Auteur peut approcher son épée (...) Si le fleuve se montre violent, il ne s’enfuit pas tout affolé. Il est sûr de lui, même si le Jourdain lui jaillissait à la bouche (Job 40:18-23) – Certains traducteurs ont suggéré que l’épée divine (חרב) était le symbole d'une défense (no comment!) – Par conséquent, cette épée divine a donné l'espoir à Job que dans le futur Béhémoth allait recevoir le pouvoir de décapiter Léviathan, puisqu’il a déclaré: Craignez pour vous-mêmes à cause de l’épée, car l’épée signifie la fureur contre les fautes, afin que vous sachiez qu’il y a un juge (Job 19:29). Le résultat final est différent de celui souhaité par Job: Ah! si tu me cachais dans le shéol, si tu me tenais dissimulé jusqu’à ce que s’en retourne ta colère, si tu me fixais un délai, pour te souvenir de moi! Si un homme robuste meurt, peut-il revivre? Tous les jours de ma corvée, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relève. Tu appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains (Job 14:13-15). Afin de ne pas souffrir plus longtemps Job voulait mourir en attente d'une résurrection; il était convaincu d’avoir gagné sa résurrection, et qu'il avait un rédempteur avec Dieu: Et je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant, et que, venant après moi, il s’élèvera au-dessus de la poussière. Et après ma peau, qu’on a enlevée, — ceci! Et pourtant, consumé dans ma chair, je contemplerai Dieu, que même moi je contemplerai pour moi-même, et que mes yeux verront à coup sûr, mais non quelque étranger (Job 19:25-27). L'identité de ce rédempteur n'est pas claire, mais Job était convaincu qu'il devait exister à cause de son concept de la justice (Job 29:14-25). L’espoir de Job (mentionnée dans Job 19:26) a été unanimement compris par les lecteurs comme la résurrection à venir. Elihu devra corriger le point de vue de Job concernant l'identité du rédempteur. Ce rédempteur existe, mais pas indépendamment de Dieu (contrairement à ce que pensait Job), c'est un ange, un médiateur de Dieu: S’il existe pour lui un messager, un porte-parole, un entre mille, pour faire connaître à l’homme sa droiture, alors il le favorise et dit: ‘Exempte-le de descendre à la fosse! J’ai trouvé une rançon! Que sa chair devienne plus fraîche que dans la jeunesse, qu’il revienne aux jours de sa vigueur juvénile.’ Il implorera Dieu pour qu’il prenne plaisir en lui, il verra sa face avec des cris de joie, et Il rendra au mortel Sa justice. Il chantera pour les hommes et dira: ‘J’ai péché; et j’ai fait dévier ce qui est droit, et vraiment ce n’était pas ce qu’il me fallait. Il a racheté mon âme pour qu’elle ne passe pas à la fosse, et ma vie verra la lumière.’ (Job 33:23-31). Ainsi Job fut en mesure de comprendre que Satan, une créature céleste mauvaise (un serpent à 7 têtes) à l'origine de ses malheurs, serait bientôt détruit dans l'avenir par son rédempteur (avec une épée), qui était en fait la première créature de Dieu. Ces explications permirent à Job de comprendre que le conflit final entre Béhémoth et Léviathan concerne aussi d'autres anges (représenté par des étoiles): Or le jour arriva où les fils du vrai Dieu entrèrent pour se placer devant Jéhovah, et Satan aussi entra alors au milieu d’eux (...) quand les étoiles du matin poussaient ensemble des cris de joie et que tous les fils de Dieu poussaient des acclamations? (Job 1:6; 38:7). Dans le passé, les étoiles étaient généralement considérés comme des êtres célestes (Nombres 24:17; Jg 5:20), mais le culte des astres était condamné (Deutéronome 4:19). Une fois de plus, les traducteurs ont été surpris par le sens littéral de la réponse de Dieu qui semble incompréhensible: Alors Jéhovah répondit à Job (...) Peux-tu nouer les liens de la constellation de Kima ou peux-tu desserrer les cordes de la constellation de Kesil? Peux-tu faire sortir la constellation de Mazzaroth en son temps fixé? Et la constellation d’Ash avec ses fils, peux-tu les conduire? Es-tu parvenu à connaître les ordonnances des cieux, ou pourrais-tu établir son pouvoir sur la terre? (Job 38:1,31-33). Bien que les quatre mots non-traduits en gras ont une signification en hébreu, tous les traducteurs ont pensé que c'était un code de certaines constellations du zodiaque. C'est absolument absurde pour les raisons suivantes:
  • Le mot constellation (mazal en hébreu) n'apparaît nulle part dans le verset original. La notion même de "groupe d'étoiles" n'est même pas mentionnée.
  • La traduction de certains mots est problématique, tels que: "Mazaroth [pluriel] en son temps [singulier]" ou "Ash avec ses fils [les fils de la constellation?]".
  • La description des constellations (mazaloth) n'a aucun rapport avec la question de la destruction des méchants (ça aurait été un vrai charabia).
  • Job n'était pas un astronome et donc n’aurait pas compris les termes techniques utilisés par les anciens astrologues (comme nous aujourd'hui), qui restent inconnus (Ésaïe 47:13)!
  • Les Constellations sont associées avec le faux culte et ont toujours une signification négatives dans la Bible: Il destitua les prêtres des dieux étrangers, que les rois de Juda avaient installés pour faire de la fumée sacrificielle sur les hauts lieux dans les villes de Juda et aux alentours de Jérusalem, ainsi que ceux qui faisaient de la fumée sacrificielle pour Baal, pour le soleil, pour la lune, pour les constellations du zodiaque et pour toute l’armée des cieux (2Rois 23:5), ainsi que les astrologues (Daniel 2:7).
La traduction littérale de Job 38:31-33 est étrange mais pas dénuée de sens. Si l'on utilise le sens littéral de Kimah, "troupeau [de chameaux]", Kesil, "stupide" (Proverbes 1:32), Mazaroth, “déperditeur” (Job 37:9) et Ash, “mite” (Job 4:19), le verset dit: Peux-tu nouer les liens d’un troupeau ou peux-tu desserrer les cordes du stupide? Peux-tu diriger une dispersion en son temps fixé? Et une mite avec ses fils, peux-tu les conduire? Es-tu parvenu à connaître les ordonnances des cieux, ou pourrais-tu établir son pouvoir sur la terre? Job a probablement compris que les étoiles mentionnées dans la réponse de Dieu représentaient des anges et de la même manière qu’il a déduit qu’il y avait deux puissantes créatures, un Béhémoth bénéfique et un Léviathan maléfique, il a dû en déduire qu'il y avait des étoiles bénéfiques (les anges) et aussi des étoiles malveillantes (les démons) dont les noms étaient ironiques (troupeau, stupide, déperditeur, mite) comme celui de Léviathan (serpent crochu). Avant la réponse finale de Dieu, Job avait dit quelques vérités banales: Il fait trembler la terre hors de son lieu, si bien que ses colonnes frissonnent. Il dit au soleil de ne pas se lever, et autour des étoiles il met un sceau; il étend les cieux, lui seul, et il marche sur les hautes vagues de la mer; il fait la mite stupide, et le troupeau [de chameau] et les chambres intérieures du Sud (Teman); il fait de grandes choses, inscrutables, et des choses prodigieuses sans nombre (Job 9:6-10), mais après la réponse de Dieu, sa déclaration a gagné un nouveau sens: Peux-tu nouer les liens des étoiles “mauvaises” (Job 38:7) et les guider, tout comme Dieu fera avec Léviathan (Job 41:1-5)? Connais-tu les lois régissant les cieux (Job 1:6), si tu peux imposer leur autorité sur la terre (Job 1:12; 2:6)? La réponse à Job n'a pas été ésotérique (ou onirique, comme certains aimeraient le croire), mais plutôt une prophétie eschatologique similaire à celle du Nouveau Testament: Je veux vous rappeler, et pourtant vous savez toutes choses une fois pour toutes, que Jéhovah, bien qu’il ait sauvé un peuple du pays d’Égypte, a détruit ensuite ceux qui ne faisaient pas preuve de foi. Et les anges qui n’ont pas gardé leur position originelle, mais ont abandonné leur demeure naturelle, il les a réservés avec des liens éternels, sous l’obscurité profonde, pour le jugement du grand jour (...) Mais quand Mikaël l’archange eut un différend avec le Diable et qu’il discutait au sujet du corps de Moïse, il n’osa pas porter contre lui un jugement en termes injurieux, mais il dit: “Que Jéhovah te réprimande.” (...) les étoiles qui n’ont pas de route fixe et à qui est réservée pour toujours l’obscurité des ténèbres (Jude 5,6,9,13). La question de l'origine et de la fin du mal, d'abord apparue dans le livre de Job, serait de nouveau présentée à la destruction de Jérusalem et de son temple par les Babyloniens. Il est à noter que les mêmes symboles ont été utilisés lorsque l'un des descendants d'Asaph a demandé à Dieu: Ils ont dit: “Comment Dieu a-t-il pu savoir? Et existe-t-il de la connaissance chez le Très-Haut?” Vois! Ce sont là les méchants, qui jouissent de la tranquillité indéfiniment. Ils ont accru leurs moyens de subsistance. Oui, c’est en vain que j’ai purifié mon cœur et que je lave mes mains dans l’innocence. J’ai été frappé tout au long du jour (...) Elles ont livré le cadavre de tes serviteurs en nourriture aux oiseaux des cieux, la chair de tes fidèles aux bêtes sauvages de la terre. Elles ont versé leur sang comme de l’eau tout autour de Jérusalem, et il n’y a personne pour les enterrer. Nous sommes devenus un opprobre pour nos voisins, une moquerie et une raillerie pour ceux qui sont autour de nous. Jusqu’à quand, ô Jéhovah, seras-tu irrité? Pour toujours? (Psaume 73:11-13; 79:2-5). L’affirmation d’Asaph est assez similaire à la réponse de Job, y compris à propos de Béhémoth et Léviathan: Jusqu’à quand, ô Dieu, l’adversaire outragera-t-il? L’ennemi traitera-t-il ton nom sans respect pour toujours? Ta main, oui ta droite, pourquoi la tiens-tu retirée du milieu de ton sein pour nous supprimer? Et pourtant Dieu est mon Roi depuis les temps anciens, celui qui réalise un salut grandiose au milieu de la terre. C’est toi qui as soulevé la mer par ta force; tu as brisé les têtes des monstres marins dans les eaux. C’est toi qui as écrasé les têtes de Léviathan. Tu l’as alors donné pour nourriture au peuple, à ceux qui habitent les régions arides (Psaume 74:10-14). Le dernier point à propos de la "nourriture" est développée dans le Livre de la Révélation: Écris: Heureux ceux qui sont invités au repas du mariage de l’Agneau (...) J’ai vu aussi un ange qui se tenait debout dans le soleil, et il a crié d’une voix forte et il a dit à tous les oiseaux qui volent au milieu du ciel: “Venez ici, rassemblez-vous pour le grand repas de Dieu, pour que vous mangiez les chairs de rois, et les chairs de commandants, et les chairs d’hommes forts, et les chairs de chevaux et de ceux qui sont assis dessus, et les chairs de tous, hommes libres et esclaves, petits et grands.” Et j’ai vu la bête sauvage et les rois de la terre et leurs armées rassemblés pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. Et la bête sauvage a été attrapée, et avec elle le faux prophète qui a accompli devant elle les signes par lesquels il a égaré ceux qui ont reçu la marque de la bête sauvage et ceux qui adorent son image (Révélation 19:9,17-19). Il est à noter que si les têtes de Leviathan sont écrasées (passé prophétique!), Béhémoth est également mentionné dans la réponse d’Asaph: jusqu’au jour où je suis entré dans le sanctuaire grandiose de Dieu. Je voulais discerner leur avenir. Oui, c’est sur un sol glissant que tu les places. Tu les as fait tomber en ruines. Voilà qu’ils sont devenus un objet de stupéfaction comme en un instant! Voilà qu’ils sont arrivés à leur fin, ont été supprimés par des terreurs soudaines! Comme un rêve après le réveil, ô Jéhovah, ainsi, en te réveillant, tu mépriseras leur image. Car mon cœur s’aigrissait et dans mes reins je sentais une douleur aiguë, j’étais dépourvu de raison et je ne pouvais pas savoir; j’étais devenu comme [Béhémoth, בְּ֝הֵמ֗וֹת], à ton point de vue. Mais je suis constamment avec toi; tu m’as saisi la main droite. Par ton conseil tu me conduiras, et ensuite tu me mèneras à la gloire. Qui ai-je dans les cieux? En dehors de toi je n’ai pas d’autre plaisir sur la terre (Psaume 73:17-25). La plupart des traducteurs, qui n’ont pas compris le rôle de Béhémoth dans la solution finale du conflit avec Léviathan, ont inventé une traduction de Béhémoth plus ou moins compréhensible, comme "brute” dans la Bible de Jérusalem! De la même manière que dans le livre de Job, l’issue finale de la méchanceté est liée à la lutte finale entre Béhémoth et Léviathan et à la chute des étoiles méchantes comme kesil, "stupide”, ou kimah, "troupeau": La déclaration contre Babylone (...) Voyez! Le jour de Jéhovah arrive, cruel avec fureur et avec ardente colère, pour faire du pays un objet de stupéfaction et pour en anéantir les pécheurs du pays. Car les étoiles des cieux et leurs [stupides, וּכְסִ֣ילֵיהֶ֔ם, kesil] ne feront pas briller leur lumière; oui, le soleil s’obscurcira dès sa sortie, et la lune ne fera pas luire sa lumière. À coup sûr, je ferai subir au sol productif les conséquences de sa méchanceté et aux méchants la peine de leur faute. Oui, je ferai cesser l’orgueil des présomptueux, et j’abaisserai l’arrogance des tyrans (...) Comme tu es tombé du ciel, toi, brillant, fils de l’aurore! Comme tu as été abattu à terre, toi qui affaiblissais les nations! Quant à toi, tu as dit dans ton cœur: ‘Je monterai aux cieux. Au-dessus des étoiles de Dieu j’élèverai mon trône, et je m’assiérai sur la montagne de réunion, dans les parties les plus reculées du nord. Je monterai au-dessus des hauteurs des nuages; je me rendrai semblable au Très-Haut.’ “Mais c’est au shéol qu’on te fera descendre, dans les parties les plus reculées de la fosse” (...) Il arrivera en ce jour-là que Jéhovah s’occupera de l’armée de la hauteur, dans la hauteur, et des rois du sol, sur le sol. À coup sûr, ils seront réunis, comme on réunit des prisonniers dans la fosse, et ils seront enfermés dans le cachot; et, après une abondance de jours, on s’occupera d’eux. La pleine lune est devenue confuse et le soleil brûlant est devenu honteux, car Jéhovah des armées est devenu roi au mont Sion et à Jérusalem (Ésaïe 13:1,9-11; 14:12-15; 24:21-23). La plupart des traducteurs, influencés par la version des Septante, ont changé la surprenante expression "leurs stupides” par "leurs constellations", mais ce choix est juste une supposition parce que le sens littéral est tout à fait clair, les "étoiles stupides” sont des démons (Révélation 12:3,7-9; 20:1-4). De même, on lit: La vierge, Israël, est tombée (...) L’Auteur du [troupeau, כִימָ֜ה, Kima] et du [stupide, וּכְסִ֗יל, Kesil], celui qui transforme en matin l’ombre profonde, celui qui a obscurci le jour pour en faire la nuit (...) Jéhovah est son nom. lui qui fait rayonner un pillage sur quelqu’un de fort, pour que le pillage vienne sur une place forte (...) Et à coup sûr vous porterez Sakkouth votre roi et Kaivân, vos images, l’étoile de votre dieu, que vous vous êtes fait (Amos 5:2,8,9,26). Le sens littéral est surprenant, mais pas absurde: Dieu a créé les étoiles, qui sont devenus stupides, mais elles seront détruites par Lui. En outre, Satan est aussi présenté comme le chef de file de l'opposition à Dieu: Puis il me fit voir Yoshoua le grand prêtre qui se tenait devant l’ange de Jéhovah, et Satan qui se tenait à sa droite pour s’opposer à lui. Alors l’ange de Jéhovah dit à Satan: “Que Jéhovah te réprimande, ô Satan; oui, que Jéhovah te réprimande, lui qui choisit Jérusalem! Celui-ci n’est-il pas un tison arraché du feu? (Zacharie 3:1-2). La question de la fin de la méchanceté est traitée seulement deux fois dans tout l'Ancien Testament, le premier au cours de l'esclavage en Égypte (Livre de Job), puis lors de la destruction de Jérusalem. Les deux fois, la réponse de Dieu est la même: le serpent à sept têtes, Léviathan (Satan), et le troupeau d’étoiles stupides seront détruits dans l'avenir. La Bible décrit Léviathan seulement à ces deux événements dramatiques et aussi une fois quand David a fait un recensement illégal (environ 1025 avant J.C.), afin de préciser que Satan, ou Léviathan (Psaume 104:26), était le véritable instigateur de cette mauvaise action (1Chroniques 21:1). Le Serpent à Sept têtes (du Sumérien muš-saĝ-7), l'un des plus anciens dragons, appartient à la fois à la Bible et de la mythologie Sumérienne, mais contrairement à la Bible qui a gardé le modèle original, dans les mythologies qui suivirent, comme la mythologie Babylonienne (env. 1100 avant notre ère), le dragon est représenté dans une multitude de monstres infernaux: [Tiamat] donna naissance à des serpents géants (...) Elle revêtit les monstres effrayants avec la terreur, elle les couvrit d’une aura et rendu semblable à dieu (...) Elle créa l'Hydre, le Dragon, le Héros Poilu, Le Grand Démon, le Sauvage, le Chien, et le l’Homme-scorpion (Enuma Elish 134-142). De la même façon Homère a écrit (env. 850 avant notre ère): il lui ordonna d’abord de tuer l’indomptable Khimaira. Celle-ci était née des Dieux et non des hommes, lion par devant, dragon par l’arrière, et chèvre par le milieu du corps. Et elle soufflait des flammes violentes. Mais il la tua, s’étant fié aux prodiges des Dieux (Iliade, VI:181-182). Hésiode écrit (c. 700 avant notre ère): Donc, elle enfanta une race courageuse, d'abord Orthos, ce chien de Géryon, ensuite l'indomptable Cerbère, qu'on ne nomme qu'avec effroi, ce gardien de Pluton, ce dévorant Cerbère à la voix d'airain, aux cinquante têtes, ce monstre impudent et terrible, enfin la fatale hydre de Lerne, que nourrit Junon aux bras d'albâtre, pour assouvir son implacable haine contre Hercule; mais ce fils de Jupiter, armé du glaive destructeur et secondé du vaillant Iolaüs, immola cette hydre, d'après les conseils de la belliqueuse Minerve. Échidna fit naître aussi la Chimère qui, exhalant des feux inextinguibles, monstre terrible, énorme, rapide, infatigable, portait trois têtes, la première d'un lion farouche, la seconde d'une chèvre, la troisième d'un dragon vigoureux; lion par le haut de son corps, dragon par derrière, chèvre par le milieu, elle vomissait avec un bruit affreux les tourbillons d'une dévorante flamme. La Chimère succomba sous Pégase et sous le brave Bellérophon (Théogonie 306-325). Par conséquent, ces monstres mythologiques n'ont pas beaucoup à voir avec le serpent à 7 têtes de la Bible, car ni son origine (un ange déchu) ni son apparence sont connus (le nombre de têtes de l'Hydre, ou Cerbère est très variable). Le serpent à 7 têtes est donc une innovation biblique qui n'a pas été influencée par les diverses mythologies fantaisistes. Cependant, au 1er siècle, la littérature Juive a été en partie influencée, puisqu’elle décrit Satan comme le souverain des démons avec une multitude de noms: Beelzebub (Matthieu 12:24-28), Bélial (2Corinthiens 6:15), Azazel (Lévitique 16:8), etc. Satan apparaît peu dans les écrits de Qumran, sauf dans certains traités de démonologie ou dans le culte des anges (Colossiens 2:18). Comme indiqué dans la réponse à Job, la fin de la méchanceté adviendra lorsque Léviathan aura ses 7 têtes coupées. C'est une prophétie et selon le Talmud, toutes les prophéties sont relatives aux jours du Messie (Talmud Shabbat 63a); et selon le Nouveau Testament: Car quel que soit le nombre des promesses de Dieu, elles sont devenues Oui par son moyen. C’est donc aussi grâce à lui que l’amen est dit à Dieu pour la gloire par notre intermédiaire. Mais celui qui garantit que vous et nous, nous appartenons à Christ (le Messie), et celui qui nous a oints, c’est Dieu (2Corinthiens 1:20-21); Adore Dieu; en effet, rendre témoignage à Jésus, c’est ce qui inspire la prophétie (Révélation 19:10). Par conséquent, la réponse à Job offre un profond aperçu de l'origine et de la fin du mal.
LA PREMIÈRE CRÉATURE CONTRE LE SERPENT À 7 TÊTES: LA FIN
Le dernier livre de la Bible Chrétienne, le Livre de la Révélation, révèle clairement qui était à l’origine de la première créature et du serpent à sept têtes: Révélation de Jésus Christ, que Dieu lui a donnée (...) écris: Voici les choses que dit l’Amen, le témoin fidèle et véridique, le commencement de la création de Dieu (...) Et on a vu un autre signe dans le ciel, et regardez! un grand dragon couleur de feu, avec sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes; et sa queue traîne le tiers des étoiles du ciel, et il les a jetées sur la terre (...) Et une guerre a éclaté dans le ciel: Mikaël et ses anges ont lutté contre le dragon, et le dragon et ses anges ont lutté, mais il n’a pas été le plus fort, et il ne s’est plus trouvé de place pour eux dans le ciel. Et il a été jeté, le grand dragon, le serpent originel, celui qu’on appelle Diable et Satan, qui égare la terre habitée tout entière; il a été jeté sur la terre, et ses anges ont été jetés avec lui. Et j’ai entendu une voix forte dans le ciel dire: “Maintenant sont arrivés le salut, et la puissance, et le royaume de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ” (...) Voilà pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui y résidez! Malheur à la terre et à la mer, parce que le Diable est descendu vers vous, ayant une grande fureur, sachant qu’il n’a qu’une courte période (Révélation 1:1; 3:14; 12:3-12). Le chapitre 12 révèle plusieurs points cruciaux au sujet de Jésus et Satan. Jésus est vraiment la première créature de Dieu (Colossiens 1:15; Proverbes 8:22) et Satan, “l’opposant”, le Diable, “le calomniateur” était derrière le serpent original (Genèse 3:1-15), il est toujours le maître du monde (2Corinthiens 4:4; Éphésiens 2:2; 1Jean 5:19), mais il sera bientôt vaincu par le Christ, “le messie” (Luc 10:18, Jean 12:31, Hébreux 2:14). Le combat entre Satan et Jésus est annoncé dès le début des évangiles: Alors Jésus fut conduit par l’esprit dans le désert, pour être tenté par le Diable (...) Le Diable l’emmena encore sur une montagne extraordinairement haute et lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et il lui dit: “Toutes ces choses, je te les donnerai si tu tombes et fais un acte d’adoration pour moi.” Alors Jésus lui dit: “Va-t’en, Satan, car il est écrit: ‘C’est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré.’” Alors le Diable le laissa, et, voyez, des anges vinrent et se mirent à le servir (Matthieu 4, 1-11; Luc 4:1-8). Le Livre de la Révélation explique aussi le sens des 7 têtes: Et il [le dragon] s’est arrêté sur le sable de la mer. Et j’ai vu une bête sauvage qui montait de la mer, avec dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, mais sur ses têtes des noms blasphématoires. Or la bête sauvage que j’ai vue était semblable à un léopard, mais ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule était comme la gueule d’un lion. Et le dragon a donné à la bête sa puissance et son trône et un grand pouvoir. Et j’ai vu l’une de ses têtes comme frappée à mort, mais sa blessure mortelle s’est guérie, et toute la terre, remplie d’admiration, a suivi la bête sauvage. Et ils ont adoré le dragon parce qu’il a donné le pouvoir à la bête sauvage, et ils ont adoré la bête sauvage (...) et on lui a donné pouvoir sur toute tribu, et peuple, et langue, et nation. Et tous ceux qui habitent sur la terre l’adoreront, tous ceux dont le nom ne se trouve pas écrit dans le rouleau de vie de l’Agneau (Jésus) qui a été tué (...) Alors l’ange m’a dit: “Pourquoi t’es-tu étonné? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête sauvage qui la porte et qui a les sept têtes et les dix cornes (Léviathan): La bête sauvage que tu as vue était, mais n’est pas, et pourtant elle est sur le point de monter de l’abîme, et elle va s’en aller à la destruction. Et quand ils verront comment la bête sauvage était, mais n’est pas, et pourtant sera présente, ceux qui habitent sur la terre s’étonneront, remplis d’admiration, mais leurs noms n’ont pas été écrits sur le rouleau de vie depuis la fondation du monde. “C’est ici qu’il faut l’intelligence qui a de la sagesse: Les sept têtes représentent sept montagnes, là où la femme est assise, au sommet. Et il y a sept rois: cinq sont tombés, l’un est [l’Empire Romain au 1er siècle], l’autre [la 7ème] n’est pas encore arrivé; mais quand il arrivera, il doit demeurer peu de temps. Et la bête sauvage qui était mais n’est pas, elle est aussi elle-même un huitième roi, mais elle provient des sept, et elle s’en va à la destruction. “Et les dix cornes que tu as vues représentent dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais ils reçoivent pouvoir comme rois, une heure, avec la bête sauvage. Ceux-ci ont une seule pensée, et ainsi ils donnent leur puissance et leur pouvoir à la bête sauvage. Ceux-ci lutteront contre l’Agneau, mais, parce qu’il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois, l’Agneau les vaincra. Et ils vaincront, ceux qui sont avec lui, appelés, et choisis, et fidèles.” Et il me dit: “Les eaux que tu as vues, là où est assise la prostituée, représentent des peuples, et des foules, et des nations, et des langues. Et les dix cornes que tu as vues, et la bête sauvage, celles-ci haïront la prostituée et la rendront dévastée et nue, et mangeront ses chairs et la brûleront complètement par le feu. Car Dieu leur a mis au cœur d’exécuter sa pensée, oui d’exécuter leur seule pensée en donnant leur royaume à la bête sauvage, jusqu’à ce que les paroles de Dieu se soient accomplies. Et la femme que tu as vue représente la grande ville qui a un royaume sur les rois de la terre” (...) Et j’ai vu un ange qui descendait du ciel avec la clé de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Et il a saisi le dragon, le serpent originel, qui est le Diable et Satan, et il l’a lié pour mille ans. Et il l’a jeté dans l’abîme, et il l’a fermé et scellé au-dessus de lui, pour qu’il ne puisse plus égarer les nations jusqu’à ce que les mille ans soient achevés. Après ces choses il doit être délié pour un peu de temps (Révélation 13:1-8; 17:7-18; 20:1-3). Par conséquent, les 7 têtes de Léviathan signifient 7 rois étalés dans le temps. La 5ème tête (1er siècle) est l’Empire Romain et de la 7e tête est associée avec 10 petits rois, “10 orteils” (Daniel 2:40-44; 12:1-2) qui règnent à la fin. La plupart des traducteurs qui compare le Léviathan à un crocodile ont changé le dernier verset de Job 41, “il est roi sur toute dignité”, par ”Il est roi sur toutes les majestueuses bêtes sauvages”. L’expression “les fils de l’orgueil” doit être traduite par “dignité” parce que le verbe est au singulier: La dignité (au pluriel) ne l’a pas (singulier) foulé, le jeune lion n’y a pas rodé (Job 28:8). L’ambiguïté est probablement souhaitée entre les “fils de l’orgueil” et le “jeune lion”, un symbole d’invincibilité et de grande autorité pour l’homme (1Pierre 5:8; Révélation 13:2). Comme nous l’avons vu, avant la réponse de Dieu, Job croyait en un rédempteur et un destructeur qui sont avérés être Béhémoth et Léviathan: Et je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant, et que, venant après moi, il s’élèvera au-dessus de la poussière. Et après ma peau, qu’on a enlevée, — ceci! (Job 19:25-27; 33:21-28). Selon le Nouveau Testament, Jésus est le Rédempteur (Révélation 5:9,10) conçu pour écraser Satan sous ses pieds (Romains 16:20), il est aussi le Lion de Juda mentionné dans Genèse 49:10 et l’étoile du matin de Nombres 24:17 (Révélation 5:5; 22:16). En conclusion de l’affaire, Béhémoth est décrit de la même façon à Jésus.
Le dragon du Livre de Job, appelé Léviathan, a quelques similitudes avec le Serpent à sept têtes dans de la mythologie mésopotamienne, mais ce monstrueux serpent est différent sur deux points fondamentaux: il est responsable de la méchanceté actuelle et pas seulement du chaos originel, et il n’est toujours pas mort, mais il sera détruit dans l’avenir par un puissant ange de Dieu. Par exemple, le Serpent à sept têtes dans la mythologie Sumérienne était l’un des héros tué par Ninurta, dieu protecteur de Lagash. Son corps a été accroché sur la “barre transversale lumineuse” du char de Ninurta (Le retour de Ninurta à Nibru, ligne 63). Il a été créé par Tiamat (Épopée de la Création) sous plusieurs noms: Mušmaḫḫū “Serpent Exalté”; Bašmu “Serpent Venimeux”; Ušumgallu “Grand Dragon” ou Mušḫuššu “Dragon Furieux”.
taweret
Il y a aussi quelques similitudes avec le serpent égyptien appelé Apep. Dans la mythologie Égyptienne, Apep (Apophis en grec) était un mauvais démon, la déification de l’obscurité et du chaos (isfet en Égyptien), et donc l’adversaire de la lumière et de Maât (l’ordre/la vérité) et le dieu Seth, afin de protéger le dieu du soleil Ra, qui était en voyage dans son bateau, aurait tué le serpent Apep, dont le sang teint le soleil en rouge à chaque lever et coucher. En outre, la déesse Taouret (Thoueris en grec), dont le nom signifie “la grande” est représentée comme un hippopotame. Quand elle est associé avec une autre divinité, elle devient le démon-épouse d’Apep, à l’origine le dieu du mal. Étant donné qu’Apep était considéré comme résidant en dessous de l’horizon, et seulement présent la nuit, le mal au cours de la journée était envisagé comme étant un résultat de la malfaisance de Taouret. Comme contrepartie d’Apep, qui a toujours été au-dessous de l’horizon, Taouret était vue comme le ciel du nord, la constellation couvrant environ la région de l’actuelle Dragon, qui se situe toujours au-dessus de l’horizon. À la différence des mythes mésopotamiens et égyptiens, le serpent à sept têtes est le dieu du mal, dans le passé et le présent (1 jean 5:19), qui sera détruit à la fin des temps: Alors Jéhovah Dieu dit au serpent: “Parce que tu as fait cette chose, tu es le maudit parmi tous les animaux domestiques et parmi toutes les bêtes sauvages des champs (...) Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta semence et sa semence. Il te meurtrira à la tête et tu le meurtriras au talon (Genèse 3:14,15); De son côté, le Dieu qui donne la paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds. Que la faveur imméritée de notre Seigneur Jésus soit avec vous (Romains 16:20); j’ai vu un ange qui descendait du ciel avec la clé de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Et il a saisi le dragon, le serpent originel, qui est le Diable et Satan, et il l’a lié pour mille ans (...) Or, dès que les mille ans seront achevés, Satan sera délié de sa prison (...) le Diable qui les égarait a été jeté dans le lac de feu et de soufre (Révélation 20:1-2,7,10). Le livre de Job a introduit un nouveau concept: le Rédempteur opérera à la fin des temps, simultanément avec la fin du mal (Job 14:13-15; 19:25). Il s’agissait en fait d’un concept messianique qui allait devenir datable avec les prophéties de Daniel: Et aux jours de ces rois-là, le Dieu du ciel établira un royaume qui ne sera jamais supprimé. Et le royaume ne passera à aucun autre peuple. Il broiera tous ces royaumes et y mettra fin, et lui-même subsistera pour des temps indéfinis (...) durant ce temps-là se lèvera Mikaël, le grand prince qui se tient là en faveur des fils de ton peuple. Et à coup sûr ce sera un temps de détresse tel qu’il n’y en a pas eu depuis qu’une nation a paru jusqu’à ce temps-là. Et durant ce temps-là ton peuple échappera, tous ceux qui seront trouvés inscrits dans le livre. Et beaucoup de ceux qui sont endormis dans le sol de poussière se réveilleront, ceux-ci pour la vie de durée indéfinie et ceux-là pour les opprobres et pour l’aversion de durée indéfinie (Daniel 2:44; 12:1,2). Une nouvelle question surgirait: quand le paradis messianique viendrait à la fin des temps? Gérard GERTOUX
The Book of Job
Chronological, Historical and Archaeological Evidence
Lectures recommandées
Perimeno
Le point de vue de Dieu à propos de l’offrande de soi (consécration)
girl-praying-hands-eyelashes-41942
Quelle est le point de vue de Dieu sur l’offrande de soi, ou consécration? Le fait est que Jéhovah Dieu n'a rien dit sur le sujet! Sa Parole, la Bible, n'enseigne pas la nécessité de nous consacrer à lui pour gagner le salut. Puisque Dieu est silencieux sur le sujet, les hommes se sont sentis libres de définir ce qu'ils veulent que consécration signifie. Pour cette raison, je trouve nécessaire de citer largement les publications de la Société, puis de les comparer à ce que les Écritures disent réellement. La mise en forme grasse ou italique dans les nombreuses citations est mon fait, pour mettre en évidence ou souligner le point particulier en cours.
(Poursuivre)
Acalia & Marta
Paraboles pour notre temps (1ère partie)
Carl-Bloch-Sermon-on-the-Mount
Qu’est-ce que les paraboles de Jésus ont à nous dire? Sont-elles en relation avec notre temps? Tout d'abord, nous devons les identifier et comprendre lesquelles d’entre elle ont une application prophétique. Par exemple, la parabole du fils prodigue contient un excellent enseignement pour nous, mais n'est pas prophétique, elle n'annonce aucun événement! Comment alors distinguer les types de paraboles? Comme d'habitude, c'est très simple: nous nous en tiendrons à ce que Jésus Christ lui-même a dit, sans rien ajouter ou ôter. Nous limiterons les interprétations aux seuls éléments qui peuvent être dérivés directement des récits ou d'autres textes particuliers et pertinents. Pour le reste, nous nous contenterons volontiers de la réponse du Seigneur: “Il ne vous appartient pas de connaître les temps ou les époques que le Père a placés sous son propre pouvoir”. – Actes 1:7
(Poursuivre)
Inscription
Pour être tenu au courant quand de nouveaux articles sont en ligne, rempli le formulaire ci-dessous. Si tu ne veux pas donner ton adresse e-mail, tu peux utiliser les services d’e-mail temporaires comme Yopmail ou créer une boite Gmail réservé aux courriers en provenance de Baruq.
En cliquant sur le bouton Envoi, je confirme consentir au traitement des données personnelles dans le cadre des lois sur la privacy.


Lis chaque jour la Bible!
Bible Study - by courtesy of pixabay.com
Visite lire.la.bible.baruq.uk
haut de page
Comment commenter avec Disqus?
Tu peux utiliser un compte Disqus. Si tu n’as pas de compte, clique sur le logo Disqus et suis les instructions.
Tu peux commenter comme invité: clique “I’d rather post as a guest” et suis les instructions.
Tu peux utiliser ton compte Google, Twitter ou Facebook.
Pour l’instant, les commentaires ne sont pas modérés. Néanmoins, il est nécessaire de respecter les règles de bon-sens ainsi que les lois en vigueurs. (la modération peut advenir a posteriori)
This website may use cookies to give you the very best experience. If you continue to visit it, you consent to this - but if you want, you can change your settings in the preferences of your web browser at any time. Please check this page to read our privacy policy and our use of cookies
haut de page